Projet théâtre : L'oiseau Bleu (Christophe Delplanche)

Durée : 1h 40 min. Année de production : 1976 (ici, 16' 18'' seulement)

Get the Flash Player to see this player.

 

Projet : Utilisation du montage comme point de départ à une petite pièce de théâtre de +- 15 Minutes.

Note : j'ai ajouté le mp3 sur mon serveur, ayant gardé les fichiers de réalisation du montage flash video.
http://www.delplanche.be/theatre/christophe_oiseau_bleu.mp3

Il fait +- 15 M°

Le but de ce site est de montrer les capacités actuelle en vidéo sur Internet. Il fait partie d'un tutoriel que je prépare car je me rends bien compte que tout ce qui concerne la vidéo est peu connu. Surtout au format flash video.
Je vais ajouter dans quelques jours les copies d'écran du pas à pas de la réalisation de la capture de la cassette video vhs, achetée sur une brocante à 0,20 euro le 1er mai 2008... à la finalisation du fichier .flv qui est intégré à cette page.
Notez que pour réaliser cela, un matériel ancien est suffisant.Il n'est pas nécessaire non plus de disposer de logiciels à prix d'or et certainement pas de flash.  Mon power pc 6500 studio Apple date de 1997 et certaines phases sont réalisées su mon G3 Imac Apple de +- 5  ans.

Lire ici pour le 6500 studio qui a la chance de disposer d'une carte d'entrée video.

http://www.apple.com/ca/fr/press/1997/04/6500-300.html

a) Retranscrire le texte. Et développer des leçons de grammaire et d'orthographe si la prise de note a été effectuée par les enfants.

b) Créer une bande son

c) Réaliser les costumes (Réalisation facile, je trouve ) et les décors.

d) Transformer le tout en petite représentation. (avec apprentissage de la dramatisation, de la récitation, etc..)

e) Eventuellement filmer le résultat et le porter sur le Web au format flash vidéo. Avec adaptation au niveau des enfants.

Enfin, je dois aussi ajouter qu'il est possible de garder la bande son originale. Faire simplement jouer le tout en playback* par les enfants. A vous de voir les possibilités. Enfin... chacun son idée...
Et même faire les deux options... l'une n'exclut pas l'autre à vrai dire... on peut aussi s'inspirer d'autres thèmes qui s'assemblent.

*"playback :Définition playback : Interprétation mimée par un chanteur ou un acteur accompagnant une bande-son préenregistrée"

Outils (bonus):

 

 

La chanson de l'Oiseau bleu.

La chanson l'Oiseau de la série télé : Sébastien parmi les hommes.

Information sur le fichier flash vidéo du film l'Oiseau Bleu que j'ai réalisé :

Taille au final : 30,7 M° pour une durée de 16' 18 ''

Donc +- 2 M° la minute de video et son. 

- Taille en cours de traitement :

Ajustement Quicktime après capture de la cassette vhs :

28 extraits : Bien + de 170 M°. Disons 178 M° en compression vidéo Sorenson III et son d'origine au format .aif

Son au format stéréo. Vidéo à 6 images secondes en 320x240

(Encodage Media Cleaner pro 4 avec fade in /out pour le son et la vidéo)

Sur Power Pc Studio 6500 Apple Macintosh de 1997)

 

Son :

-- Sans compression (la compression se faisant plus tard)

-- Rate : 22,050 KHZ

-- Channels : Stéréo

-- Bit rate : 16 bits

- Taille du film après mise au format mp3 de la bande son (gardé en stéréo) : 101,6 M° (Encodage N2Mp3 Mac os 9 sur Imac G3)

 

- Taille après conversion au format .mp4 : 87,5 M° (encodage Isquint, Mac OsX)

 

- Taille après traitement au format .flv sous FfmpegX (Os X) :

30,7 M°

Sur Imac G3 DV

Note : On peut faire moins si on passe à 3 images /sec et en mono...

Mais bon... alors il y aura perte de qualité trop évidente, je pense.

 

Uniquement taille de la bande son :

- Au format .aif : 83 M°

- Au format .mp3 : 14,9 M°

Conclusion : Moitié, moitié pour la bande son et la video (30,7 M° au total)

 

 

 pochette

montage

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/L'Oiseau_bleu

Les fictions de Maurice Maeterlinck (prix Nobel 1911), écrivain symboliste belge du début du XXe siècle, aiment jouer avec les mondes parallèles, ceux que sa poésie invente et auxquels son théâtre donne vie pour mieux montrer l'invisible. C'est cette expérience que vont faire Tyltyl et Mytyl, enfants d'un pauvre bûcheron. Une nuit, ces deux enfants observent depuis la fenêtre de leur chambre, les yeux brillants d'envie, les nourritures que mangent les riches, et qu'ils ne goûteront jamais. Apparaît alors la Fée Bérylune. Elle leur offre un Diamant, qui, quand on le tourne, fait apparaître et disparaître des mondes invisibles... En échange, elle les charge de trouver l'Oiseau Bleu qui seul peut guérir sa fille malade... Cette pièce féerique nous raconte l'odyssée de ces deux jeunes âmes qui apprennent, grâce aux lieux symboliques qu'ils fréquentent, à voir l'essence de toutes choses cachée derrière les apparences.


Tyltyl et Mytyl, deux enfants de bûcherons, font la veille de Noël un rêve merveilleux. Une adaptation americano soviétique du célèbre conte de Maeterlinck.

Film russe, américain. Genre : Comédie

Durée : 1h 40 min. Année de production : 1976

Titre original : The Blue bird

Il était une fois un seigneur très puissant qui vivait dans un grand château au sommet du tertre de Montaner. Et pourtant, il était triste comme la nuit, parce que son épouse, que Dieu l'ait en sa protection, était morte subitement et il restait inconsolable. Tout de même, elle lui avait laissé une fille charmante et douce pour son père ; par-dessus le marché, elle était belle comme le jour.

A la différence des filles du coin qui étaient plutôt brunettes et avaient les cheveux noirs, la demoiselle était blonde comme les blés et avait la peau blanche comme la lune ; et chose qui la rendait plus belle encore, elle avait les yeux bleus et brillants comme des lucioles. Vous pensez bien que les jeunes seigneurs la regardaient car elle allait sur ses dix-huit ans et elle était parfaite de corps. Mais la demoiselle n'avait porté attention sur aucun de ses prétendants qui s'étaient présentés jusqu'alors, et Dieu sait qu'ils avaient été nombreux ! Et cela aussi désolait son père.

 

Or un beau matin, au saut du lit, la demoiselle alla trouver son père ; elle était toute tremblante et lui parla ainsi :

"Père aimé et vénéré, il m'est arrivé une mésaventure que je veux vous conter."

"Parle amie, je t'écoute."

"Il ne faisait pas encore jour ce matin, et la nuit était noire comme la suie. Tout à coup, la chambre s'est illuminée d'une telle clarté que cela m'a réveillée et j'ai vu près de la porte restée verrouillée, j'ai vu un chevalier vêtu d'argent qui me regardait. Cela m'a glacé le sang et je n'ai pu faire un cri. Il s'est approché tout doucement et m'a dit avec un joli sourire : Demoiselle n'ayez pas peur : je viens me mettre à votre service ; ce que vous m'ordonnerez, quoi que ce soit, je l'accomplirai avec la grâce de Dieu rien que pour vous plaire. J'étais si troublée que je n'ai pas pu lui répondre ; il m'a dit alors qu'il reviendrait la nuit prochaine. La chambre est alors redevenue sombre."

"Cela n'est qu'un rêve, ma fille, rien qu'un songe " répondit le seigneur.

"O que non mon père, j'étais bien réveillée. J'ai vu et entendu ce chevalier comme je vous vois et je vous entends."

"Va petite fille, va ! N'y pense plus. Chacun de nous faisons des rêves dont il ne nous reste rien : ce sera pareil pour toi. Après demain, tout cela sera oublié. Tu peux aller tranquille."

Mais vous vous doutez que la princesse trouva le jour bien long ! Le chevalier de la nuit passé reviendrait-il ? Et si son père avait raison , En vain, elle fit tout ce qu'elle put pour se changer les idées, et le soir, après souper il fallut qu'elle en reparle.

"Mais je te le dis ma fille, tu as rêvé, et rien de plus."

"Et si ce n'étais pas un rêve ? Si le chevalier revient, que dois-je lui dire ? S'il veut que je lui ordonne quelque chose, que dois-je lui ordonner ?"

"Tu lui demanderas qu'il capture pour toi le fameux oiseau bleu qui chante et qui parle."

C'était une plaisanterie, parce que cet oiseau bleu, personne ne l'avait jamais vu ou entendu, mais la princesse ne le savait pas et ne devina pas que son père disait cela pour se moquer ou bien pour rire. Elle eut beau faire pour rester éveillée, à peine au lit elle s'endormit, mais à la même heure que la veille, la chambre s'illumina pareillement et le princesse vit à nouveau le chevalier vêtu d'argent, debout devant la porte.

"Princesse, je viens pour savoir ce que vous attendez de moi ?"

"Je voudrais l'Oiseau Bleu qui chante et qui parle."

"Mort ou vif, je vous le porterai, mais il se peut que vous ayez à attendre. En tout cas, afin que vous puissiez me reconnaître, il me faudrait un gage."

"Je n'ai pour l'heure que cet anneau de verre," dit la jeune fille, en la retirant de son doigt, "mais il est très fragile…"

"Moi, j'en ai un d'argent et il est solide : le voici. Mais si je vous ramène le vôtre, que me donnerez-vous en échange ?"

"Tout travail doit être payé," répondit la demoiselle.

"Avec la Grâce de Dieu, je reviendrai et je vous porterai l'Oiseau Bleu qui chante et qui parle".

Ceci dit, il s'évanouit et la chambre ne fut plus illuminée. Sur ce, les guerres furent criées. Le comte Gaston de Moncade ordonna que tous ses vassaux se croisent : il fallait délivrer le sépulcre du Christ. Le seigneur de Montaner fut obligé de partir mais auparavant, il laissa la garde du château à son plus vieil écuyer et il confia sa fille au couvent de Sainte Foi de Morlàas.

Les mois passèrent et les années aussi. Le seigneur de Montaner donnait de ses nouvelles, mais le chevalier ne réapparaissait pas : qui sait où il était ? La jeune fille languissait d'une si longue attente ; un matin, on ne la vit pas à la première messe. Deux moniales montèrent pour savoir ce qu'elle avait, elles la trouvèrent endormie et ne voulurent pas la réveiller. Mais le soir, à l'heure de l'office, elle dormait encore et aussi les jours qui suivirent. Et le chevalier, allez-vous me demander ? Et bien, le chevalier cherchait toujours l'oiseau bleu qui chante et qui parle, mais il avait passé les mers et couru toute la terre sans le trouver. Désespéré, il revenait au château de la belle.

Un après-midi, à la tombée de la nuit, affamé, épuisé et le cœur malade de peine, il aperçut un vieil homme agenouillé devant une caverne de la montagne qui priait tournait vers le soleil couchant ; il alla droit vers lui et dit :

"Homme de Dieu, du moins il me semble, je suis fatigué, affamé, et mon cœur se morfond de douleur, puis-je rester avec vous ?"

Mais l'ancien qui s'était redressé l'arrêta :

"Etranger, tu es mort de faim et je vais te réconforter. Mais il me semble que tu as un souci qui t'oppresse plus que la faim : tu cherches quelque chose ?"

"Une jeune fille que j'aime et à qui je voulais plaire m'a demandé de lui apporter l'oiseau bleu qui chante et qui parle ; j'ai traversé les mers et couru par toute la terre et je ne l'ai pas trouvé ; à cause de cela, j'ai le cœur transi de peine, parce que je vais perdre la demoiselle que j'aime"

"Enfant que tu es ! Tu n'as donc pas deviné que l'oiseau bleu qui chante et qui parle c'est le bonheur et le bonheur n'est pas de ce monde ?"

"Et pourtant j'ai été heureux de le chercher…" : murmura le chevalier en baissant baissa la tête

"Alors cherche le encore, répliqua l'ancien, mais sache que le bonheur est une invention des hommes : en réalité ce n'est qu'un mot, mais il te reste la joie"

"Mais la belle doit m'attendre : que vais-je bien pouvoir lui dire ?"

"Puisque tu te fies à moi, tu lui diras ceci : Demoiselle que j'aime, je ne vous apporte pas l'oiseau bleu qui chante et qui parle, veuillez bien m'en excuser : il s'appelle bonheur et le bonheur n'est pas de ce monde ; c'est un rêve ; mais vous le désiriez et je voulais vous le donner. Pour cela, j'ai traversé les mers et couru par toute la terre pour vous plaire. Mais si le bonheur n'est qu'un songe, il est une chose bien réelle qui s'appelle Félicité, et si vous voulez nous la pouvons avoir, moi avec vous et vous avec moi. Tu verras ce qu'elle répondra. Mais pars vite, par ce que ta princesse est aux portes de la mort. Je vais te donner un breuvage qui te permettra peut-être, car nous sommes entre les mains de Dieu, le maître de la vie, d'arriver à temps"

Et heureusement, le chevalier arriva devant le couvent de Sainte Foi quand sonnait l'angélus de l'aube. Par chance, il y rencontra le moine cordelier qui venait dire la messe. En quatre mots il lui dit qui il était, ce qu'il avait accompli et ce qu'il voulait : revoir la jeune fille.

"Hélas,  j'ai bien peur que vous n'arriviez trop tard. Elle dort depuis je ne sais combien de temps et devenu depuis hier après-midi encore plus blanche. Il m'a même semblé que le cœur s'arrêtait. Je lui ai administré les trois extrêmes onctions et lorsque je l'ai quittée j'ai bien pensé qu'elle ne passerait pas la nuit. Mais Dieu a tout pouvoir sur la vie et sur la mort : il peut des miracles ; et puisqu'on n'est pas venu me chercher durant la nuit, la princesse doit vivre encore. Je vais vous montrer le chemin"

"Ce n'est pas la peine : je le connais. J'ai le pouvoir de passer au travers des murailles les plus épaisses : je le tiens de ma mère nourricière qui était une sainte. Merci quand même."

"Que Dieu vous assiste !" dit le cordelier.

Et le chevalier disparut dans un nuage lumineux. Lorsqu'il entra dans la cellule et qu'il vit la jeune fille aussi blanche que les draps du lit où elle était couchée, il eut un serrement de cœur ; les jambes lui manquèrent et il tomba à genoux. Les deux petites nonnes qui priaient Dieu au pied du cercueil s'échappèrent affolées en criant. Le chevalier se releva, parce qu'un homme doit être fort et courageux à toute heure quoiqu'il arrive. Tout doucement, il posa sa main sur celles de la dormante, car elle n'était pas morte comme il le pensait tout à l'heure le moine, et il dit :

"Demoiselle, je suis ici pour vous servir".

La princesse ouvrit les lèvres, mais sans ouvrir les yeux, et elle poussa un soupir.

"Ah ! Enfin… vous êtes là mon seigneur… est-il possible que vous ayez tant tardé pour me rapporter l'oiseau bleu qui chante et qui parle ?"

"J'ai traversé les mers et couru en vain toute la terre, désespéré de n'avoir pu seulement le voir, exténué, fourbu, je revenais lorsque, béni soit le Dieu du Ciel ! J'ai trouvé un Sage devant une caverne de la montagne et je lui ai dit mes inquiétudes."

"L'oiseau bleu qui chante et qui parle, m'a-t-il dit, tu ne pouvais le trouver. Il s'appelle Bonheur et il n'est pas de ce monde."

"Mon père s'était donc moqué ?…"

"Mais le Sage m'a dit ensuite que si le bonheur n'est pas de ce monde, une partie de son doux rayonnement s'y trouve et s'appelle la joie : c'est l'amitié qui peut le procurer. Alors, je suis reparti, plein de foi et de courage."

"Mon seigneur, ce que vous venez de me conter me ranime : je me laissais mourir, mais maintenant je veux vivre et c'est vous qui avez fait ce miracle."

"Nenni, princesse, c'est l'amitié. Par amour pour vous j'ai fait ce que vous m'avez commandé ; maintenant c'est moi qui vous demande la joie."

"Gardez mon anneau de verre, je garde votre anneau d'argent : ce sont les bagues de nos fiançailles."

Par bonheur, le seigneur de Montaner revint sain et sauf de la croisade ; les deux fiancés se marièrent et …

26 épisodes - Intégrale

Durée : 10h30

L'image est en 4/3 et le son en VF 1.0

L'oiseau Bleu - Coffret Intégrale à 29.90¤

 

 

 

Oiseau Bleu (L') - Intégralité

Déclic images . Série TV . Coffret DVD . VF . Intégralité . Tout public

 

L'histoire commence un soir de Noël... Tyltyl et Mytyl se retrouvent seuls, car leur maman qui est malade a été hospitalisée. La fée Berilune, attirée par la tristesse des deux frère et soeur, leur offre un pendentif qui leur ouvrira la porte des mondes magiques. Tyltyl et Mytyl doivent y chercher l'Oiseau Bleu, seul capable de guérir leur mère. Les voilà donc partis pour une grande aventure à la recherche du bel oiseau, aidés par l'âme de la lumière. Leur quête ne se fera pas sans difficulté car ils devront affronter la Reine de la nuit ...

L'Oiseau Bleu est, bien entendu, une aventure initiatique, celle de deux enfants qui vont découvrir les valeurs de leur monde à travers leurs nombreux voyages. Chacun de ces voyages est l'occasion de donner une sorte de leçon ou de morale : respecter la nature, ne pas avoir peur des vaccins, rejeter la guerre et ses atrocités.

 

dvd
 

 cadre

 

Note : Vous pouvez aussi vous inspirer du célèbre film :  Nanny McPhee, une nourrice aux pouvoirs...


NANNY MCPHEE
de Kirk Jones (GB/2005/1h37)
avec Emma Thompson, Colin Firth
Genre : Mary Copine
Nanny McPhee, une nourrice aux pouvoirs
magiques, est chargée de s'occuper d'un groupe
d'enfants insupportables qui lui donneront du fil à
retordre. Emma Thompson est Nanny McPhee…
Une "Mary Poppins" faussement trash et vraiment
pour les enfants.


image

bonne chance

Bonus au passage !
 
Bonus 1 : J'adore jouer au Père-Noël (Simple jeu)

 

Bonus 2 : 4 animations Flash éducatives :

Chants d'oiseaux

Les drapeaux

Les calories

Les champignons

 

Bye !

Christophe Delplanche
Belgique