m s b h s p



Orcal - Astor 125 Golden Bikes

Attention problèmes de production ! Voir les deux fichiers ci-dessous !

c

Il est évident que je change de projet : J'achète une 125 Yamaha YS - Cliquer ici !

Ou encore une 125 Honda CB125F - Cliquer ici !

g

Golden Bikes
Chaussée de Mons 56
1430 Rebecq, België
TEL 067 33 35 90

http://www.goldenbikes.be/
MAIL info@goldenbikes.be

Horaires :
du Mardi au Vendredi: 9.00 - 19.00 non stop
Samedi : 9.00 - 18.00 non stop

f

l https://orcal.be/?lang=fr Mail : Orcalsales@gmail.com

Forum sur l'Astor 125 http://astor-club.forumactif.org/ f

Astor 125 (l’Astor Orcal 125CC)

Golden Bikes 8 juillet 2017 à 11:42 À : delplanche christophe

Bonjour Monsieur Delplanche, Je n'ai plus d'orcal en magasin,le prochain arrivage doit etre pour fin août ; le prix de la moto euro 4 est de 2599 € et les frais de montage 90 € .

Bien à vous Golden bikes sprl tel 067 33 35 90

Voir aussi ce site : http://astor125.com/

Les 60’s sont et resteront une formidable ère de liberté, un inépuisable terreau de créativité et un symbole de bonheur pour beaucoup d’entre nous. On y repense le sourire aux lèvres, avec un petit goût d’insouciance. Cette époque, c’est aussi celle de l’amour du travail bien fait, des objets de qualité conçus pour durer et celle du bon goût intemporel. C’est ce concentré du meilleur de l’esprit sixties qui a inspiré l’Astor Orcal 125CC. L’Astor est une moto conçue suivant un cahier des charges français hautement exigeant avec un réel souci de qualité et de fiabilité. Sa fabrication en Chine a été minutieusement contrôlée et vérifiée par son constructeur. Son moteur de base Yamaha avec balancier d’équilibrage développe une dizaine de chevaux et permet une conduite souple et agréable.

Action de salon : 3 au lieu de 2 ans garantie ! 2469 €

a

Clip moto Astor 125 cc

Moto Astor 125 cc

Moto Astor 125 cc

Salon - Astor 125 cc

Essai Astor 125 cc

En route ! Astor 125

Comparatif motos 125 vintage : Mash, Orcal Astor, Bullit

Comparatif Astor 125 Mash 125

Astor 125 euro 4 !

Vidéo de meilleure qualité - Cliquer ici !

c

Evaluation de l'Orcal Astor 125 ci-dessous !

a

a

a

a

a

a

a

as

s

s

 

c

 

a

 

a

Vidéo : Moto Astor 125 cc

c

c

Equipement complet

En cette froide matinée de septembre, nous réalisons ses premières photos et les motards taillant leur route non loin ne manquent pas de nous témoigner une attention complice. Alors que nous verrons même passer une FZX 750 et une plus rare Kawasaki Z 750 Turbo ! (signe des temps ?), l'Orcal dévoile à son tour ses premiers arguments. Si l'originalité de sa ligne ne trompe pas un oeil avisé - elle est furieusement inspirée de la Ducati GT 1000 - la fabrication de l'Orcal ne souffre guère la critique. L'ensemble se révèle harmonieux, de son réservoir bi-ton au joli silencieux conique revêtu d'inox, des jantes à rayons alu à sa selle digne d'une vieille Norton, ou encore des ailettes de son moteur refroidi par air à l'inaltérable phare rond chromé en acier. Certes, le dispositif anti-pollution au dessus du moteur est impossible à rater, et quelques fils trainent bien un peu ça et là. Mais si l'on considère son prix, reconnaissons que l'Orcal offre un équipement au moins aussi complet que sur certaines concurrentes japonaises, une finition finalement très correcte tout en soignant son pilote.

Pour les petits et les grands

A bord, son guidon haut et large détermine une posture bien droite, puis les yeux s'attardent sur une planche de bord complète et esthétique, avec ses compteur et compte-tours sur fond blanc. Pas trop haute mais étroite, la selle permettra au plus grand nombre de poser les pieds bien à plat au sol, tandis que mon mètre 78 parvient à caler ses genoux dans les évidements du réservoir. Les commandes au guidon sont au standard japonais, avec notamment le starter et l'appel de phare à gauche, mais les leviers ne sont pas réglables. Jouons le jeu : même si elle dispose d'un démarreur électrique, l'Orcal se contente d'un timide effort sur le kick pour lancer sa mécanique... à condition d'avoir replié la béquille latérale. Réglementation chinoise oblige, cette dernière actionne un coupe-contact, qui vous empêche de faire chaufer l'engin tranquillement pendant que vous enfilez casque et gants. Bref, avec l'Astor vous vous équipez d'abord, vous démarrez ensuite. Pas pratique.

Balerine mécanique

Sans surprise, ce tout début d'essai de l'Astor Orcal 125 est une formalité. Bien campée sur des jantes de 17 pouces et des pneus plutôt larges pour la catégorie (130 à l'arrière), et correctement suspendue en solo (moins en duo où elle talonne), cette fausse classique secoue peu son pilote sur les bosses et tient son cap sans sourciller pourvu qu'on ne tire pas trop sur le guidon tout en la serrant bien entre les jambes. La selle est correctement rembourrée, mais son dessin étroit, l'assise passager trop courte et les poignées latérales rendent le duo inconfortable sur les longues distances. Mais pesée à 128 kg avec les pleins sur la balance moto-station, cette balerine mécanique se montre aussi agile que la finesse de sa ligne puisse l'illustrer et présente globalement un comportement transparent. En ville, on regrette parfois un rayon de braquage trop juste et surtout un guidon trop large pour frayer facilement son chemin entre les voitures à l'arrêt. Pour autant, la légèreté de cette 125 libère l'esprit et ses deux freins à disque rassurent. A condition de bien tirer le levier et enfoncer la pédale, son freinage s'avère à la hauteur et facile à doser (ce qui n'est pas toujours le cas avec le tambour arrière de quelques concurrentes). Sur route tantôt sèche tantôt humide, le grip de ses pneus Kingstone s'avère limité, mais heureusement bien peu sollicité par la cavalerie disponible.

Minimum syndical

Sous son marquage Astor, c'est pourtant un vieux compagnon qui réapparait ici, détourné des YBR 125 et autres XT 125. Ce rustique monocylindre d'origine Yamaha refroidi par air offre à l'Orcal un service besogneux à défaut d'un caractère enjoué. Dés les premiers mètres, un léger trou à très bas régime ne l'empêche pas de tracter par la suite à son rythme dans une sonorité métallique. En lui prêtant une attention poussée, on note un léger emballement passé 6 000 tr/min suivi de petits creux de carburation qui condamnent définitivement ses modestes ambitions. Evidemment, nous nous devons de le signaler, même si la clientèle visée n'y portera sans doute qu'une attention secondaire. Un débutant se contentera de l'essentiel, à savoir une montée en régime très linéaire pour des vibrations très contenues, source d'agrément au quotidien. Ses 9,7 ch. propulsent l'Astor Orcal à 104 km/h réels (115 compteur à 9 500 tr/min), soit finalement le minimum syndical pour tailler nationales et voies rapides, à condition de garder un oeil attentif dans le rétro. Lors de cet essai, sa conso stabilisée à 3,1 l/100 km nous aurait permis, en théorie, plus de 500 km d'autonomie grâce à son gros (et peu courant pour la catégorie) réservoir de 16 litres.

Bilan : La guerre est déclarée !

Cette Astor Orcal est assurément la belle surprise de ces dernières semaines. Exploitant à plein la mode du "vintage neuf", son esthétique somptueuse et son équipement complet attirent la sympathie, alors que sa prise en mains, quasi instinctive, devrait finir de convaincre les détenteurs du permis B. Cela dit, son moteur ne fait pas de miracles, et plus que ses performances nécessairement limitées, c'est davantage son comportement très linéaire et son manque de vivacité qui nous laissent sur notre faim. Pour 2 320 €, l'Astor Orcal 125 n'en reste pas moins un "bon coup", mais pas le seul. La Mash 125 Seventy Five Vintage lui oppose une partition qui mérite assurément un comparatif. Mash Seventy vs Orcal Astor, le duel est déjà sur la station. Par Manu Cadiou, photos Christophe Le Mao

Autre avis comparatif :

tout d'une grande L'appellation Astor n'est pas sans rappeler le modèle commercialisé en 2011 sous la marque CPI, aujourd'hui défunte. Quatre plus tard, l'Astor renait de ses cendres sous la firme Orcal, devenue marque propre à la DIP. Produite à l'usine chinoise de Senke, cette machine jouit d'un développement et d'un cahier des charges pensés au sein de l'importateur afin de répondre aux attentes et aux exigences du marché français. Son look de gros cube flatte l'ego et son caractère affirmé en fait une moto plaisante à mener : une selle typique des anciennes machines produites dans les années 70, un imposant réservoir en aluminium dont la contenance atteint 16,5 litres, bref l'Astor ne manque pas d'atouts stylistiques. Dépourvue de carénages et de tête de fourche, l'Astor respecte à merveille la tradition des motos vintage. De plus, on apprécie à sa juste valeur l'absence de vis disgracieuse et de fils de branchement apparent. La peinture vernie vient parfaire l'ensemble, cependant, la découpe du logo Astor aurait mérité un peu plus de soin. Contrairement à la gamme Mash dont le pot d'échappement dévoile un design type ''saucisson'', l'Astor opte pour une ligne plus arrondie. Les nombreuses pièces chromées (rétroviseurs,poignées passager, té de fourche, bouchon de réservoir, garde-boue avant) viennent agrémenter la finition, qui, avouons le, frôle la perfection.

La petite sino-française n'est pas avare en matière d'équipement, la dotation se veut même pléthorique : sous les yeux du pilote trône deux cadrans typiquement ''old school'' sur fond blanc où l'on perçoit la vitesse et un totalisateur kilométrique à rouleau. L'autre se charge de divulguer le régime moteur sans oublier d'omettre la présence d'un témoin de réserve de carburant. En revanche, signalons l'absence d'une jauge à essence. Un petit détail, certes, mais qui entraîne le passage en réserve via le robinet placé près du carburateur. Le bouchon de réservoir, type aviation, revêtu d'aluminium, bénéficie d'un montage sur charnière et fermant à clé. Le passager profite d'un espace conséquent mais étriqué, de larges poignées de maintien chromées et d'une paire de repose-pieds escamotables. Enfin pour le stationnement, l'Astor voit grand avec la présence de deux béquilles centrale et latérale à coupe-contact.

Orcal Astor (données constructeur)

Moteur Type : monocylindre refroidi par air, 4T, 2 soupapes,

simple ACT Cylindrée (al. x cse) : 125 cm3 (54 x 54 mm) Puissance maxi : 9,6 ch à 8 500 tr/min

Couple maxi : 9,5 Nm à 6 500 tr/min Alim. / dépollution : carburateur/Euro 3

Transmission Boîte de vitesses à 5 rapports

Transmission finale par chaîne

Partie-cycle Frein Av (étrier à x pist.) : 1 disque de 300 mm / étrier double piston Frein Ar (étrier à x pist.) : 1 disque de 210 mm, étrier simple piston

Réservoir (réserve) : 16 litres (nc) Poids tous pleins faits : 124 kg

Hauteur de selle : 780 mm Pratique

Coloris : noir, gris Garantie : 2 ans pièces et M.O.

Prix : 2 320 €

La ligne est valorisante, avec un réservoir ventru de 16 litres et des caches latéraux qui rappellent la Ducati GT. Le chrome est présent un peu partout, du phare aux garde-boue avant et arrière et la selle piquée rappelle les motos des années 60, mais la modernité est loin d’être absente. En effet, dès le premier regard, l’Astor expose sa qualité de fabrication. Pas de fils baladeurs, de vis rouillées, de bavures et de peinture superficielle… Ce n’est en rien une moto chinoise adaptée à notre marché avec juste deux logos et un coup de peinture… C’est une vraie conception française, fabriquée en Chine avec les meilleurs sous-traitants et une usine d’assemblage tournée vers l’exportation.

Fort de ses 46 ans d’expérience dans l’univers des deux-roues, la société D.I.P., importateur des marques Daelim, Keeway, Royal Enfield, Benelli et SWM présente l’ASTOR ORCAL 125cc. Inspirée de ce que les 60s ont fait de mieux, le choix de l’ASTOR ORCAL 125cc s’impose à ceux qui veulent rouler avec style, et surtout autrement. L’Astor répond à une exigence d’absolue qualité sur tous les points. Son moteur de technologie japonaise équipé d’un arbre d’équilibrage éliminant toute vibration lui donne une grande souplesse. Elle est idéale pour une conduite plaisir en milieu urbain et périurbain. Sa prise en main aisée, fruit d’une attention particulière de l’ergonomie générale, s’adapte aux envies et aux morphologies de chacun. Ses finitions et son design ont été patiemment conçus pour en faire un objet aussi agréable au regard qu’au toucher. L’Astor se distingue, enfin, par son équipement de série des plus complets, tableau de bord avec compteur de vitesse et compte-tours, un guidon à section variable en aluminium, une béquille centrale et latérale, une selle biplace grand confort (voir site www.astor125.fr). Sa belle allure aux accents rétro, son bruit valorisant et sa fluidité séduiront les hommes comme les femmes au goût sûr et à l’esprit pratique. Un petit bijou d’esthétique vintage conçu avec le plus grand soin par des chics types, pour des chics types. Pour autant, La marque Orcal n’a pas perdu le sens des réalités: l’Astor est proposée à un prix de 2595€, car tous les motards ont droit à la qualité.

 

l

carte

Pour m'écrire : delplanche.christophe@gmail.com  e

m delplanche.christophe@gmail.comlLivre d'or

w

Delplanche Christophe - Webmaster du site

 

m m m m

Bardot - En Harley Davidson

Bardot - En Harley Davidson - Remix

Karaoke - En Harley Davidson

Karaoke - En Harley Davidson avec animations !

Edith Piaf - L'homme à la moto

Karaoke - Piaf - L'homme à la moto

Comme je suis diabétique, j'ai mis en ligne la législation belge sur le sujet (moniteur) ici:

http://www.delplanche.be/moniteur/

dd