[Page : La méthode]


[Menu de navigation]

[Livre n°1 imprimé ] [Livre n°2 imprimé ] [Livre n°3 imprimé ] [Livre n°4 imprimé ] [Livre n° 1 cursive ] [Livre n°2 cursive ] [Livre n°3 cursive ] [Livre n°4 cursive ] [Méthode] {ATELIER LECTURE}

 

 

 


 

travail  

La méthode : Apprendre à lire avec Sami et Véra

Cette méthode syllabique se présente sous la forme de 4 mini-livres d'un niveau facile à lire. Chaque histoire s'enchaîne suivant une progression stricte au point de vue de la difficulté du déchiffrement. Il en va aussi de même pour la progression des 4 mini-livres.

Si on aborde la méthode en première année primaire, il faudra donc aborder toutes les histoires les unes après les autres. Attention l'utilisation des histoires des 4 mini-livres peut s'étendre sur une année, voire même deux ! En effet, comme c'est un guide merveilleux dans l'évolution du déchiffrement, il faudra utiliser chaque histoire comme une fin, comme un passage d'une étape du déchiffrement.

L'enseignant se demande souvent par quoi commencer, quelle lettre aborder ? Ici, ce sera simple, l'enseignant devra tout mettre en œuvre pour aborder les lettres et sons en fonction de leur utilisation dans les histoires. La méthode pour fixer les sons peut relever d'une multitude d'approche. Chaque histoire de la méthode proposée servira de synthèse.

C'est ainsi que l'on doit aborder les sons avec une méthode naturelle, voir même globale dans la phase d'analyse, voire aussi d'une méthode gestuelle. L'enseignant échelonnera donc les lettres et sons qu'il abordera avec la finalité d'arriver au déchiffrement des différentes histoires. Un enfant qui maîtrisera les 4 mini-livres aura une lecture aisée qui lui permettra, par exemple de lire un livre de la collection Martine.

 

Il ne faut pas donner de suite les livres aux enfants, mais bien le texte de chaque histoire qui fera figure de synthèse. Quand le livre n°1 sera abordé en classe et pleinement vécu par les enfants, le livre sera constitué et disponible pour chaque enfant et servira aussi de contrôle et d'appui pour les parents à domicile. On surveille ainsi le développement de chaque enfant. Ce qui est remarquable dans cette méthode, c'est qu'elle est basée sur des textes. L'auteur de ces histoires s'est vraiment cassé la tête pour construire cette progression. Chose que chaque enseignant s'efforce de faire aussi mais avec difficultés. Ici, le travail est fait, autant l'utiliser. Ici, pas d'apprentissage pas le ba, be, bi, bo, bu mais l'enfant est directement plongé dans la lecture. Lire à chaque fois une histoire complète est un défi que chaque enfant doit relever. Défi qui va le pousser rapidement à aborder les livres adaptés à son âge.

L'enseignant est donc libre de sa matière. Il utilise la méthode qu'il aime, celle où il se sent bien ; mais à un moment ou un autre, il utilisera la méthode proposée (Sami et Véra) pour mettre en réseau toutes les connaissances apprises (lettres, sons) tout cela est mis en musique sous la forme de textes, d'histoires. Alors qu'on peut apprendre les divers éléments d'un vélo (pédalier, freins, dérailleur, etc.) isolément ; le plus simple est de mettre l'enfant sur le vélo et de le faire "rouler" avec éventuellement des "roulettes" sous la forme d'aide. Cette aide étant proposée par la stricte progression des difficultés. Pas de pierre d'achoppement. La méthode se veut donc fonctionnelle.

En effet, un enfant peut approcher les différents sons et lettres isolément sans pour autant savoir déchiffrer.

Chaque histoire devra être lue plusieurs fois. On y reviendra souvent, le tout est d'augmenter progressivement la vitesse de lecture.

A un moment ou un autre, il faudra vérifier individuellement les acquis de chacun, ou proposer une remédiation pour les enfants en difficulté. La méthode est simple il faut s'asseoir près de l'enfant, lui proposer chaque fois une histoire en fonction de son avancement et le faire lire. C'est l'enfant qui travaille. On ne fera pas de leçon magistrale sur les sons mais on comprendra et expliquera le déchiffrement au sein même des histoires. La méthode peut donc servir auprès d'enfants qui ont des connaissances isolées que l'on mettra en réseau dans une lecture fonctionnelle basée sous forme de textes.

 

Chaque histoire devra être étudiée en imprimé et en cursive. C'est pourquoi le site propose les deux modes d'écriture. L'enfant apprendra donc à lire et à écrire en fonction de l'avancement de son niveau. Evidemment, il faudra faire les étapes de la mise en évidence du tracé des minuscules et des majuscules. Ainsi que les premières dictées de mots et phrases. Il y a donc tout un travail annexe à la méthode qui relève de la pratique habituelle de la classe au niveau de la première année primaire.

Donc, il ne faut pas se dire : Hop, je lis toutes les histoires sans faire le travail de construction des savoirs de base et l'affaire est dans le sac. Il faut bien comprendre que ces histoires sont à utiliser comme étapes dans l'apprentissage de la lecture de l'écriture et de la grammaire.

Il est souhaitable de ne pas aller trop vite et d'utiliser aussi le plus possible les histoires sous la forme de dictée. C'est souvent une partie négligée chez les jeunes lecteurs ; apprendre à lire est déjà un but et apprendre à écrire peut paraître un peu plus secondaire. Ce n'est cependant pas à négliger car l'un renforce l'autre.

J'ai proposé la méthode des Alphas car je trouve que c'est une approche intéressante pour la découverte des lettres et sons ainsi que du principe du "déclic lecture". L'enfant après cette approche avec les alphas, pourra se servir de la méthode Sami et Véra pour travailler avec des Alphas "tout nus" comme ils le disent si bien. J'ai cependant passé mon temps aussi à faire une version web pur Alphas de mes 4 mini-livres ; l'enfant peut donc lire les histoires écrites avec la police des alphas.

Peu importe chaque méthode, à un moment où un autre il faudra reconstruire le mécanisme du déchiffrement et donc la méthode proposée viendra utilement compléter toute méthode employée. Si j'aime aussi la méthode globale dans son approche, la pensée de l'enfant étant syncrétique à cette âge, donc globale dans le sens où il ne discerne pas les détails d'un mots (lettre et sons) mais le mot dans son image globale, cette méthode peut cependant faire perdre un temps précieux. C'est très bien de faire découvrir que l'on entend "an" dans maman et dans éléphant et d'isoler ainsi les différents sons, mais la dernière phase où l'on fait la synthèse après l'analyse, faute de temps, est souvent incomplète. La méthode globale doit donc s'étendre sur deux ans. Beaucoup d'enfants en fin de première année qui ont utilisé la méthode globale ne savent pas déchiffrer tout écrit nouveau et de part la méthode même l'écrit est négligé, l'enfant devant écrire les mots et phrases de mémoire sans construire vraiment l'écrit.

Notez que l'on peut aussi utiliser le capital phrases des histoires que je propose de manière globale bien que je préfère utiliser un capital en fonction du vécu des enfants : par exemple, la phase : "C'est lundi, nous allons à la piscine"

Je propose aussi sur ce site la table des matières qui était présente dans chaque livre. Elle ne doit être utilisée qu'à titre indicatif. La véritable matière pour moi est l'approche évolutive du déchiffrement sous la forme d'histoire, la stricte progression.

Chaque histoire tourne autour de deux personnages principaux : Sami et Véra, frère et sœur ainsi que la famille complète : Papa, Maman, et Mami. il est donc très facile de dramatiser chaque histoire, ce qui renforce aussi l'apprentissage.

Personnellement, j'utilise aussi beaucoup de chansons : petites comptines voire chansons d'artistes qui proposent des textes plus actuels. J'accompagne au piano les enfants et il y a une motivation supplémentaire pour une chanson par le fait où les enfants veulent la chanter ; alors qu'un texte ne sera pas lu autant de fois. La chanson sert de support, la mémorisation de celle-ci servant de référent au déchiffrement.

Je ne suis donc pas axé strictement sur la méthode de Sami et Véra ni de celle des Alphas. J'approche la lecture de maintes manières car il est évident que je ferai un petit texte aussi sur Saint Nicolas où la Noël ou un petit compliment pour la fête des mères. La méthode de Sami et Véra me servant de fil conducteur. Tout ce capital textes sera mis à la disposition pour les années suivantes. Le maître qui prend en charge les enfants par la suite sera capable d'évaluer l'état des connaissances des élèves.

Il faut savoir que l'on peut aussi se servir de la méthode pour l'écrit et pour la grammaire. On peut donc aussi faire les remarques de base en ce qui concerne par exemple l'accord des mots et du verbe. L'utilisation d'histoires peut même faciliter l'évaluation de la compréhension de ce qui a été lu.

Vous pouvez utiliser la méthode en ligne pour lire, copier une histoire. Il est aussi souhaitable que l'enfant possède une version papier de toutes les histoires apprises les unes après les autres. Je vais ajouter sur la page d'accueil une liste de petits jeux en flash et d'animations qui peuvent être utilisés au cas où un enfant aurait fini son travail : par exemple la lecture de quelques histoires, voire d'un livre complet ou un exercice de copie.

Je vous souhaite une bonne utilisation de la méthode proposée.

PS : Je développe actuellement une rubrique sur le site que j'appelle "ATELIER DE LECTURE". Ce sont des activités que je trouve sur le web ou que je construis moi-même en vue d'un renforcement de l'apprentissage de la lecture. Je propose beaucoup d'activités multimédias et d'exercices en ligne. Aussi des imagiers (avec son) et quelques livres et animations en flash. Bref de quoi soutenir l'apprentissage d'une manière la plus interactive possible et ludique. Le tout avec une interface facile à utiliser pour que chaque élève puisse travailler seul quand c'est possible.

 

Il faut vivre avec son temps ! Les enfants adorent utiliser l'ordinateur. C'est pourquoi j'ai voulu cette méthode en ligne.

Dernière rubrique : La foire aux questions 

Cette rubrique évoluera en fonction des demandes des visiteurs du site. Quand on me pose une question, je considère qu'il faut la publier.

- Par quelles lettres commencer ? Plan matière ?

Je suis attristé par cette question car j'ai bien expliqué que les sons seront abordés au fur et à mesure des histoires. Ou par la pratique (vie) de la classe.

Mais comme vous avez la totale liberté de travailler en classe en fonction de la vie de la classe et des événements. Une méthode naturelle peut aborder certains sons en fonction du capital phrases et mots qui sera mis en évidences par la vie de la classe. Donc donner un ordre serait limiter l'apprentissage de la lecture strictement aux différentes histoires de Sami et Véra. Ce que je ne souhaite pas.

On doit utiliser la méthode en parallèle. Comme un passage obligé !

Ce qui me trouble dans cette question de l'ordre c'est qu'on a encore envie de planifier... de préparer ses leçons en fonction d'une matière bien précise alors que je redoute des leçons toutes faites et isolées qui ne seront pas vraiment profitable pour l'apprentissage. Ce serait trop découpé, trop isolé et l'acte de lire s'en trouverait réduit. Je suis contre ces leçons magistrales à répétition où l'enfant ne saura pas lire avant d'avoir subi ce découpage. Dans certaines classes on ne sait pas lire les mots qui contiennent les sons complexes (an, on, oi, etc..) car le découpage ou la matière n'a pas encore prévu cela. J'ai même vu une école où l'on apprenait pas l'imprimé mais simplement la cursive. L'imprimé était réservé à la deuxième année. Que penser de la place des livres alors. Ou dans une autre école quand on aborde une lettre, on insiste directement sur la majuscule. On fait tracer cela dans les cahiers alors que cela n'est pas une priorité. C'est déjà assez abstrait comme cela et la majuscule en cursive du moins n'est pas un élément fondamental. Je préfère le référentiel au mur de la classe. Quand on observe l'apprentissage de la langue orale, on voit bien qu'on est placé en immersion et que ce n'est qu'au fur et à mesure que sortira le vocabulaire le plus utilisé ce qui revient souvent. Et pourtant chaque enfant apprend à parler et chaque parent emploie une méthode naturelle pour cet apprentissage. Disons même qu'il n'emploie pas vraiment de méthode ;+) Alors que lorsque l'on découpe la matière dans l'apprentissage des langues. Quand on ne fait pas d'immersion, finalement on n'apprend pas la langue étrangère. Que reste-il de notre bagage des humanités. Sommes-nous bilingues ?

 

Il faudra pourtant bien une fois faire quelques synthèses et apprendre le tracé des lettres. Bref ce qui relève normalement de la pratique de la classe.

Donc, pour terminer, il n'y a pas d'ordre véritable dans l'apprentissage des lettres. On peut éviter certaines confusions visuelles, sans plus.

La méthode : La planète des Alphas n'aborde pas vraiment les lettres dans un ordre bien défini. On arrive rapidement par l'affectif et l'histoire qui tourne autour de la lettre proposée à retenir naturellement et sans difficulté les différents sons. C'est donc une bonne manière de gagner du temps et de se passer de toutes ces leçons systématiques qui finalement font perdre un temps précieux.

Vous avez la liberté de construire votre matière en fonction de la vie de votre classe et des événements et de ce que vos élèves savent déjà car ils sont confrontés tous les jours à l'acte écrit.

Conclusion : Donner un ordre pour l'apprentissage des lettres et sons est beaucoup trop réducteur. Je sais que l'enseignant aimerait trouver cette organisation pour construire sa matière, pour faire de belles feuilles. Pour montrer qu'il a bien travaillé, lui. Mais la grande question : Est-ce que l'enfant aura fait acte de lecture avec tout cela ?

Avec la méthode Sami et Véra vous ne risquez pas de tomber dans tous ces travers car vous respectez une progression certaine. Les difficultés se succédant les unes après les autres et chaque histoire est le pilier d'un autre. Chaque livre est une évolution. Sami et Véra, reste bien une méthode d'apprentissage de la lecture bien que l'on doit considérer qu'il ne peut exister de méthode. L'apprentissage doit se planifier sur de nombreuses activités mais le passage par la méthode Sami et Véra est un gage de certification. Si on lit les histoire les unes après les autres on progresse certainement dans la matière. L'ensemble étant bien pensé !

Dans ma classe j'utilisais aussi de petites comptines. Car le chant, le texte d'une chanson est très porteur et agréable pour l'enfant. Ainsi quand je sens qu'une chanson (petite comptine) est abordable, je saute sur l'occasion. Car le texte d'une chanson ou y revient souvent. C'est bien plus dynamique qu'un texte stérile. Ou de phrases que l'on trouve dans certaines méthodes syllabiques et qui sont ridicules au point de vue du sens. Cette volonté de regrouper ainsi tout un capital mots autour d'un son ou d'une lettre sort de tout naturel. Vous comprenez que ma méthode si elle se veut syllabique dans sa progression n'a rien à voir avec ce que vous trouvez dans les manuels d'apprentissage de la lecture de la syllabe aux mots. Pas de tableaux de syllabation ou de regroupements, de classification. Bref, pas de perte de temps dans des activités qui ne sont par vraiment des activité naturelle de lecture.

Donc si vous avez compris : Sami et Véra est une méthode mais ce n'est pas la méthode. Disons que c'est un merveilleux outil de travail.

Petit ajout sous la forme de FAQ (foire aux questions)

 

Questions : Le 24-nov.-11 à 17:43

Tout d'abord, je te remercie pour toutes ces explications claires et évidentes.

Je vais entreprendre ta méthode très bientôt car elle m'a totalement convaincue.

D'ailleurs, j'ai commencé la préparation des "fiches élèves"

Mais j'ai une autre petite question à te poser :

Quelle police cursive utilises-tu pour les imprimés ?

As -tu des fiches modèles pour cette méthode ?


Ma réponse :

La police utilisée sur pc est la police ; "cursiveJB" que tu peux trouver ici

http://www.dafont.com/fr/jbcursive.font

Je crois aussi que le site bien connu : http://cartables.net/ proposait d'autres polices.

Mais la police cursive JB est ce que j'ai trouvé de mieux.

Pour la méthode, il ne faut pas faire de fiches spécialement. Il faut simplement mettre en place les quelques sons et lettres qui seront utilisés dans les histoires. C'est très facile à faire car chaque nouvelle histoire n'aborde que peu de matière en plus. Chaque histoire est le "pilier" de la suivante.. Avoir une telle progression sur quatre livres est remarquable. Et c'est là que la Planète des Alphas est une méthode intéressante car elle rend la découverte des sons qui est abstraite de manière ludique. Plus naturelle. Un bon support ! Donc, vous pouvez utiliser les alphas pour fixer les nouveaux sons qui doivent être isolés pour permettre la lecture d'une nouvelle histoire.

Vous abordez donc en // la découverte des nouveaux sons comme vous le pouvez. Par le jeu si possible, par des imagiers. Bref totale liberté.

Mais une fois que les notions de base sont acquises vient le plus important de la méthode !!!!!!!!

L'enfant doit essayer de déchiffrer TOUT seul le texte le plus vite possible. On peut le faire collectivement au tableau. Mais quel "bonheur" pour l'enfant d'y arriver seul. Alors que ce n'est pas possible avec d'autres écrits.

Car chaque fois que l'enfant prend un livre dans la bibliothèque il se trouve très vite en situation d'échec. Mais pas avec Sami et Véra !

Bref, c'est l'enfant QUI TRAVAILLE. pas le maître et c'est TOUTE la différence avec cette méthode. En travaillant ainsi il progresse très rapidement.

En résumé, je m'assieds auprès de l'enfant et je lui demande de lire. Je surveille son déchiffrement mais c'est lui qui travaille. Donc pas de leçons magistrales au tableau où l'enseignant fait tout et l'élève... presque rien !

C'est comme en informatique.. c'est mieux de vous laisser faire les manipulations que de vous montrer.

C'est comme pour l'apprentissage des langues : On fait du VOCABULAIRE au tableau, de la GRAMMAIRE... mais l'élève ne PARLE presque pas et cela est un échec. C'est pour cela qu'on crée des écoles en IMMERSION. Toujours.. dans le bain !

Vraiment avec Sami et Véra c'est l'enfant qui travaille. Avec le support du texte qui est le plus important. La pensée de l'enfant est syncrétique : http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/grands_auteurs/ps_1323_jean_piaget2.htm

"Le syncrétisme est la tendance spontanée des enfants à percevoir par visions globales au lieu de discerner les détails"

C'était en fait ce qui a été la base de la méthode globale : l'enfant ne perçoit pas les détails mais les mots de façon globale. D'où, l'idée de partir de la phrase vers le mot, vers la syllabe.

Sami et Véra... ce sont des TEXTES et donc un élément encore plus global que la phrase. Et finalement DU SENS. Une histoire bien structurée. L'enfant sait donc rapidement qu'il comprend ce qu'il lit.

Je ne suis pas contre la méthode globale car elle respecte cette étape du développement de l'enfant. Mais il faut deux ans et la période où l'on passe de l'analyse à la synthèse (donc où l'on revient à la phase syllabique) est souvent négligée.

Donc avec Sami et Véra on triche un peu sur le développement car on part de la syllabe et donc d'un détail pour un enfant qui ne pense que globalement. Heureusement le texte prend le dessus.

J'ai vu en stage un enfant qui était très triste car "toute la classe" disait de lui qu'il ne savait pas lire ! La méthode était syllabique. Alors j'ai fait de la globale car c'était un passage obligé par l'école normale. Et là l'enfant avait réponse à tout ! L'institutrice ne comprenait pas, l'enfant était très motivé. Il n'était pas au même stade que les autres. Enfant perdu si on ne le prenait pas en charge.

Donc quand l'enfant est le moteur même de son apprentissage. Quand il progresse car avec Sami et Véra.. pas de pierre d'achoppement...c'est tout bénéfice.

Oh, je me suis pris souvent la tête avec des institutrices qui demandaient un plan de travail. Savoir par quelle lettre commencer, et la suite. On apprend ainsi une suite de petites séquences qui sont isolées. Qui ne sont pas remises en réseau.. qui s'oublient même... et cela ne sert à rien.

Chercher ainsi pour tous les domaines un travail tout fait est une perte de temps. C'est bien plus productif de créer soi-même. Même si on se plante... car c'est en travaillant avec les enfants que l'on voit bien s'ils accrochent ou pas... C'est en forgeant qu'on devient forgeron.

Je prends souvent l'exemple de la bicyclette où il serait absurde de faire un cours sur le dérailleur, sur le cadre, le guidon ; sur tous les éléments du vélo et espérer ensuite que l'enfant apprendra ainsi à rouler à vélo. On comprend que le plus simple est de le mettre sur le vélo. Avec des roulettes si besoin... Mais rouler...rouler... c'est comme se jeter à l'eau pour apprendre à nager.

Donc Sami et Véra c'est cela... mettre l'enfant dans la bain de la lecture le plus vite possible. et cette méthode permet cela.

C'est l'enfant qui travaille. On lui donne simplement les outils.

Mais de temps en temps on peut quand même faire des synthèses. Je pense au répertoire de mots de la même famille par exemple : chat - cheval - chien - biche, etc.

Tout cela pour dire qu'il n'y a pas vraiment de méthode mais d'une mise à disposition de textes.

Voilà ce que je réponds quand on me demande des fiches de travail ...

Je sais c'est moins confortable mais cela ouvre plus de possibilités. Si vous avez envie de faire une petite recette pour aborder le son "ch" de chocolat.. c'est une bonne idée. Totale liberté, de bonnes idées, souvent des petites chansons sont utiles. Sami est Véra n'est pas "la" méthode... on peut utiliser toute autre méthode en //. Mais à un moment ou un autre... un petit coup de Sami et Véra pour certifier l'apprentissage.

Mais le trésor, ce que vous cherchez.. ce sont simplement les 4 petits livres. Ils étaient tjs dans mon cartable, un trésor. J'ai souvent fait de la remédiation en lecture et je n'avais rien d'autre. Triste que vous ne disposez pas des 4 livres d'origine. Un trésor dans les mains...

Donc ne pas chercher TROP à faire une leçon magistrale.. mais laisser l'enfant confronté avec ce défi qu'est le déchiffrement d'une nouvelle histoire.

C'est ce qui étonne le plus les parents.. L'enfant lit chaque jour des histoires, des textes.. Bref un bagage impressionnant. Autant dire que cela met en confiance les parents.

Je sais.... c'est difficile à croire mais la METHODE c'est simplement le support du texte.

J'ai vu beaucoup d'enfant qui avaient appris des lettres, des sons mais qui ne savaient pas lire. Avec Sami et Véra tout s'est très vite remis en musique. On a recollé tous les morceaux et très rapidement la confiance revient. Une vraie motivation... car l'enfant sait que le défi est à sa portée.

On ne donne pas les 4 livres à la fois. Mais l'enfant peut disposer rapidement du premier livre. Les autres suivront. Certains iront donc plus vite, les parents aideront aussi avec ce matériel. Je sais cela coûte de mettre cela à disposition mais cela permet à chaque enfant de se dépasser.

Les textes sont lus à plusieurs reprises. Le but étant de les lire le plus vite possible.

Donc il ne faut pas vous inquiéter si vous n'avez pas de fiches. Vous disposez des livres, c'est le plus important. Il faut donc simplement passer d'une histoire à l'autre et dans l'ordre proposé.

C'est très curieux et les enfants apprennent tout naturellement sans même penser qu'ils suivent une méthode.

Comme en musique on parle de la méthode Suzuki...

http://www.violoneli.com/cours/methode_suzuki.html

Elle est basée sur le même concept ! Mettre l'enfant dans le bain.

Un extrait :

"Une découverte, qui peut paraître évidente, est que l'enfant n'apprend pas d'abord l'alphabet ou la grammaire, mais tente tout de suite de parler, avec plus ou moins de succès. Pour apprendre à parler, Suzuki a identifié trois critères : l'entourage, la motivation et la pratique."

"En résumé, la méthode "langue maternelle" amène l'enfant à développer une capacité par stimulations répétées et à la faire sienne."

Bref, la méthode Suzuki ne se base pas sur des partitions.... pas ...sur des fiches donc ! Mais place l'enfant dans un environnement musical tout comme avec Sami et Véra on se place dans un bain de lecture.

En conclusion... la méthode Sami et Véra.. méthode en immersion..

Bien à vous !

Christophe Delplanche


Salut !

Delplanche Christophe (Belgique)
Mail :
delplanche.christophe@gmail.com
Web :
http://www.delplanche.be